labels énergétiques

Que ce soit en rénovation ou en construction neuve, vous pouvez réaliser des travaux qui conduiraientt à une performance énergétique supérieure à celle demandée par la réglementation thermique. Suite à une certification officielle, vous pouvez obtenir des labels énergétiques.

Pour les projets de rénovation: quels labels énergétiques ?

HPE Rénovation

Selon l’arrêté du 29 septembre 2009, le label HPE (Haute Performance Énergétique) Rénovation peut s’appliquer à l’ensemble des bâtiments achevés après le 1er janvier 1948. Suite à une rénovation énergétique, il faut alors que la consommation conventionnelle en énergie primaire (Cep) soit inférieure ou égale à 150 kWhEP/m2/an, modulé selon la zone climatique et l’altitude du projet.

Formule réglementaire :
Cmax ≤ 150 kWhEP/m2/an

Effinergie Rénovation

L’un des labels énergétique est le label Effinergie Rénovation qui peut s’appliquer à l’ensemble des bâtiments. Suite à une rénovation énergétique, il faut alors que la consommation conventionnelle en énergie primaire (Cep) soit inférieure ou égale à 80 kWhEP/m2/an, modulé selon la zone climatique et l’altitude du projet.

Formule réglementaire :

Cmax ≤ 80 kWhEP/m2/an

Outre ce calcul, la labellisation requiert une production locale d’électricité et une mesure de la perméabilité à l’air.

Pour les projets de construction neuve

RT 2012 -10%

La Réglementation Thermique 2012 oblige que toute construction neuve respecte la consommation dite des « bâtiments basse consommation », soit 50 kWhEP/m2/an. Ainsi, le label RT 2012 -10% est délivrable pour toute construction neuve respectant la RT 2012 et ayant une consommation conventionnelle en énergie primaire (Cep) inférieure ou égale à 45 kWhEP/m2/an, modulé selon la zone climatique et l’altitude du projet.

Formule réglementaire :
Cmax ≤ 45 kWhEP/m2/an

Effinergie +

Le label Effinergie + est délivré de la même manière que le label RT 2012 -10% mais avec une décote de 20% par rapport à la RT 2012. La consommation du bâtiment ne doit alors pas dépasser les 40 kWhEP/m2/an, modulé selon la zone climatique et l’altitude du projet.

Formule réglementaire :
Cmax ≤ 40 kWhEP/m2/an

Outre ce calcul, la labellisation requiert un travail avancé sur l’enveloppe, la performance énergétique et l’étanchéité à l’air du bâtiment, par exemple.

BEPOS Effinergie 2013

D’ici à 2020, l’Union Européenne souhaite généraliser les bâtiments proche dits « zéro énergie », ou encore « à énergie positive ». Ainsi, Effinergie a créé un label qui permettra d’arriver progressivement à cette objectif, à savoir le label BEPOS Effinergie 2013.

Formule réglementaire :

Bilan EP EnR < Écart autorisé

avec Bilan EP EnR : bilan en énergie primaire non renouvelable et Écart autorisé : écart accepté à l’énergie positive pour permettre aux bâtiments exemplaires d’obtenir le label selon la région et le contexte urbain.

Label « Bâtiment Biosourcé »

Le dernier des labels énergétiques présentés ici fait suite à l’arrêté du 19 décembre 2019 et selon l’article R. 111-22-3 du code de la construction et de l’habitation. Il s’agit d’un label attestant l’utilisation de matière biosourcée, comme la biomasse végétale (bois, la paille, etc.) ou la biomasse animale (plume, laine, etc.). Ce label nommé « Bâtiment biosourcé » comporte trois niveaux, calculé selon le ratio « masse de matière biosourcée » sur « surface de plancher », voir ci-dessous les niveaux pour les projets de maison individuelle.

Formule réglementaire :

1er niveau : masse de matière biosourcée ≥ 42 kg / m2 de surface de plancher
2ème niveau : masse de matière biosourcée ≥ 63 kg / m2 de surface de plancher
3ème niveau : masse de matière biosourcée ≥ 84 kg / m2 de surface de plancher

Astuce : Nous savons chez Permettez-moi de construire qu’il est difficile d’obtenir un permis de construire ou une déclaration préalable de travaux. C’est pour cette raison que nous avons bâti un service pointu, pour vous, afin que vous ayez facilement et rapidement votre autorisation. Parlez-nous simplement de votre projet, on se charge du reste !